Comment gérer son élevage de canards pendant la canicule ?

Comment gérer son élevage de canards pendant la canicule ?

Comment gérer son élevage de canards pendant la canicule ?

Si l’été, les fortes chaleurs représentent un risque sanitaire pour l’homme, les animaux, dont les canards de Barbarie et Pékin, ne sont pas non plus épargnés. En effet, les élevages peuvent être fragilisés par les températures intenses des mois de juin, juillet et août. N’attendez pas les premiers rayons du soleil du printemps pour préparer votre bâtiment. Depuis quelques années, c’est à partir du mois de juin que la canicule peut s’installer sur l’hexagone.

Le stress thermique des canards

Les canards de Barbarie et les pékins ont quelques différences bien notables. Par exemple, quand l’un résiste mieux aux fortes chaleurs, l’autre a plus de mal à s’acclimater. En effet, les canards pékins ont des origines d’Europe du Nord et rencontrent des difficultés dès lors que les températures dépassent les 27 degrés.

Quel que soit le type de canard, quand un animal souffre de la chaleur, il a plus de mal à s’alimenter et à s’hydrater. Si l’équilibre électrolytique est altéré, des troubles peuvent se manifester et les risques liés au bon fonctionnement de son métabolisme sont alors plus élevés. Par exemple, le dérèglement de leur appareil génital ne leur permet plus de pondre correctement. On peut observer des baisses de ponte, des malformations des œufs ou bien même un arrêt total de ponte. Dans le pire des cas, la mortalité peut toucher les élevages.

Canicule : anticiper la chaleur pour faire vivre son élevage de canards

Tout d’abord, hiver comme été, les bâtiments qui accueillent les canards, doivent être nettoyés, lavés et désinfectés. La vérification de la qualité de l’eau et des canalisations est une étape indispensable à la bonne santé des oiseaux. L’eau doit être d’autant plus contrôlée pendant la période estivale.

C’est à partir du mois de mai que l’on conseille aux éleveurs de préparer leur élevage et leur bâtiment à l’arrivée des vagues de chaleur. Des applications telle que ThermoTool, développée par CCPA, permettent aux éleveurs d’évaluer le niveau de stress thermique et hygrométrique de leurs animaux et d’anticiper les pics de chaleur pour intervenir en adaptant leurs pratiques. Par exemple, il est conseillé de décaler les repas aux heures les moins chaudes (tôt le matin et tard le soir), afin d’optimiser la prise de nourriture. Certains compléments alimentaires sont aussi adaptés aux périodes estivales pour augmenter l’appétence, qui se voit naturellement diminuée.

Quelques équipements sont ensuite indispensables pour parer aux désagréments des températures élevées de l’été.

La brumisation haute pression est un outil de refroidissement incontournable pour aider les canards à passer le pic de chaleur. La mise en fonction des appareils doit être faite en amont de la montée des températures. Les brasseurs d’air et les turbines sont aussi des compléments de la brumisation. Quand une bonne ventilation est associée au système de refroidissement, le stress thermique des animaux diminue fortement.

Enfin, il est aussi important de vérifier le bon fonctionnement de son système de sécurité. Votre alarme fonctionne-t-elle correctement ? C’est bien elle qui pourra vous alerter en cas de danger parmi les animaux.

Les étés se suivent et se ressemblent de plus en plus… Il est difficile de se prémunir contre les coups de chaleur extrêmes. Profitez de la fraicheur des nuits d’été pour aérer vos bâtiments. 

Loading
Guillaume Vincent / Loïc Fruchet

Responsable Production Barbarie / Responsable Production Mulard et Pékin

Refonte du site internet www.pigeonneau.fr

Refonte du site internet www.pigeonneau.fr

Refonte du site internet www.pigeonneau.fr

Aujourd’hui, chaque structure d’abattage a sa propre ligne de marketing, chaque éleveur-abatteur met en avant son produit et nous l’avons vu avec cette crise, certains n’ont pas manqué d’imagination pour que tout un chacun puisse découvrir le pigeonneau et c’est tant mieux.

Au niveau collectif, je parle de la filière en général, rien n’existe pour permettre de faire de la communication plus globale et cela, principalement par faute de moyens. L’accès à la publicité « grand public » est simplement impossible pour la filière pigeonneau.

Dans les années 2000, la FNPPGC (Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Pigeons de Chair) a participé à la création d’un site Internet (www.pigeonneau.fr) avec une mise en avant du produit pigeonneau mais aussi des modes d’élevage, de son histoire, des recettes, et d’un annuaire, etc…

Après une quinzaine d’années et compte-tenu des évolutions informatiques nombreuses, le site se devait d’évoluer et d’être modernisé. Un site statique n’est plus suffisant, il lui faut être attractif, facile d’accès via nos smartphones, nos tablettes et interconnecté avec les réseaux sociaux. Cette refonte ne pouvait se faire toute seule et sans moyen.

Sous l’égide de l’UREPP (Union Régionale des Eleveurs Professionnels de Pigeons), la région Pays de Loire a été sollicitée dans le cadre de la crise Covid pour participer à ce projet de communication. Nous avons été entendus et une aide a été accordée.

Nous remercions Mme Lydie BERNARD, vice-présidente de la région Ligérienne et chargée de l’agriculture, ainsi que le CRAVI (Comité Régional AVIcole).

Après consultation d’une agence de communication Nantaise, les travaux sur le site internet commenceront début janvier et je pense que pour l’été, il sera opérationnel. Nous solliciterons les abattoirs, les éleveurs-abatteurs, les distributeurs ainsi que les restaurants pour intégrer l’annuaire prévu à cet effet. Il faudra que chaque visiteur, d’où qu’il soit, puisse trouver du pigeonneau après son passage sur le site.

Pin It on Pinterest